Roland Tafforeau, maire de la Reconstruction

Roland Tafforeau a été maire de Sotteville-lès-Rouen de 1947 à 1983 (soit 35 ans). Élu juste après la fin de la seconde guerre mondiale, dont les bombardements ont détruit les deux tiers de la ville, sa tâche essentielle aura été de la reconstruire, aux côtés de l’architecte Marcel Lods et leurs équipes respectives, ce qui lui vaudra le surnom de « Maire de la Reconstruction ».

Roland Tafforeau

Discours de Roland Tafforeau lors de sa remise de la Légion d’Honneur

Roland Tafforeau est né le 6 novembre 1907 à Brionne (Eure), aîné d’une famille de 7 enfants. Il a commencé à travailler très durement dès l’âge de 11 ans et adhère rapidement au Parti Communiste. Il entre à la SNCF au Havre en 1937, puis arrive à Sotteville l’année suivante, intègre les ateliers Quatre Mares pendant quelques mois et enfin ceux de Buddicom comme soudeur à l’arc, jusqu’à sa retraite en 1962.

Il se marie en décembre 1929 avec Renée Lefrançois et eurent deux enfants (également Roland et Renée). Ils s’aimeront jusqu’au décès de Roland Tafforeau le 8 août 1997 à Orléans auprès de sa fille. Pourtant, il enterré à Sotteville, SA ville. Il était simple et humain. Il aimait ses proches et ses concitoyens (et réciproquement !).

Roland Tafforeau et le président René CotyRolland Tafforeau serre la main du président René Coty
Congrès des Maires de France, 28 janvier 1958

C’est donc le 25 octobre 1947 qu’il est élu maire de Sotteville-lès-Rouen avec pour étiquette « Parti Communiste ».
Sotteville était en ruines. Sans maison, les habitants avaient fuit la ville. Roland Tafforeau n’a pas ménagé son temps pour obtenir des subventions et a réussi au fil des années à faire revenir les habitants. Mais ils étaient encore trop peu pour assumer la charge financière de la reconstruction, pourtant Roland Tafforeau a toujours eu le souci ne pas augmenter les impôts. La Mairie a d’ailleurs été reconstruite en dernier (inaugurée en 1971) : il avait en effet souhaité que la Maison Commune soit reconstruite quand tous les sottevillais en auront une.

« Je sais qu’il a souvent eu avec M. Lods, des discutions orageuses, à propos par exemple, de matériaux luxueux qu’il voulait imposer pour la nouvelle mairie. Mon père, à chaque fois lui rappelait qu’il gérait une ville ouvrière et que les impôts ne devaient pas s’alourdir », témoigne sa fille Renée.

Roland Tafforeau inauguration Suma 1966 avec Roger LanzacRoland Tafforeau (à gauche) avec Roger Lanzac (juste à côté)
lors de l’inauguration de Suma (actuel Carrefour Market) en 1966

En 1952, les évènements dans les pays de l’Est mettent en doute Roland Tafforeau et son idéal se fissure lors de la guerre de Corée qu’il n’admet pas. Il est devenu plus pacifiste et n’adhère plus aux idées staliniennes du « Parti ».
Il devient alors un traitre aux yeux de ses anciens camarades qui l’harcèlent et le menacent gravement. Il démissionne de son mandat de Maire et rend sa carte du Parti Communiste.
Roland Tafforeau ne renonce pas pour autant à continuer sa tâche. Aux élections de 1953, il se présente (il avait été remplacé en tant que Maire par Lucien Bonnafé) et remporte les élections sous l’étiquette de l’Union de la Gauche Socialiste. Il sera ensuite réélu jusqu’en 1983 sans étiquette politique, date à laquelle il a jugé bon de passer le relais.

Roland Tafforeau et Jean Lecanuet à Sotteville-lès-RouenRoland Tafforeau (à droite) et Jean Lecanuet (juste à côté), novembre 1975
Remplacement d’un égout de la ville de Sotteville

En 1998, le Parti Communiste considère finalement nulles et non avenues les sanctions ou exclusions d’anciens membres du P.C., mais Roland Tafforeau a gardé cette rancune, car aucun ancien camarade n’a fait d’excuses. Pensant que la démocratie était le meilleur modèle, il disait souvent « J’ai eu tort d’avoir raison trop tôt ».

Roland Tafforeau avec Eugène Tilloy (à gauche) et Pierre Bourguignon (à droite)Roland Tafforeau et deux autres maires : Eugène Tilloy (à gauche) 1912-1944
et Pierre Bourguignon (à droite) 1989-2014

En 2002, un hommage à Roland Tafforeau lui est rendu par la municipalité en lui dédiant un square situé rue Garibaldi, au pied des immeubles de la Zone Verte (aujourd’hui nommée Espace Marcel Lods), pièce maîtresse de la Reconstruction. Au centre de ce square, une stèle sculptée par Michel Natier est installée, accompagnée d’un texte de Roland Tafforeau :

Je souhaite vivement que la Paix qui règne dans notre pays soit également partagée par d’autres qui connaissent encore les horreurs de la guerre. Je souhaite avec vous que la Liberté et les Droits de l’Homme fleurissent partout dans le monde et je fais mienne cette déclaration de Jean Rostand « Tant qu’il y aura des dictatures, je n’aurais pas le cœur à critiquer une démocratie ».

Stèle (statue) et square hommage à Roland Tafforeau à Sotteville-lès-Rouen

 ► VOIR AUSSI : La page de Gilles Gallas, petit-fils de Roland Tafforeau

2 commentaires

  1. je me souviens de monsieur tafforeau qui en qualité de maire remettait dans les écoles les « prix » de fin d’année .Epoque bénie ou tout semblait simple !

Répondre à Alain Prieur Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.