Traces des anciens commerces de la rue Béranger

Vincent et Benoît Brossard, qui ont passé leur enfance dans la partie basse de la rue Béranger dans les années 60-70, nous livrent leurs souvenirs des commerces de leur quotidien. Avec l’aide de Google Street dans un premier temps, les lieux ont été rephotographiés en 2017.

Il y avait ici le salon de coiffure pour dames « Denyse ». On voit la trace de la vitrine, comblée pour mettre une fenêtre. Les vitrines étaient très recherchées, avec parfois des animaux, comme des poussins vivants au moment de Pâques… Fascinant, pour les enfants :

Trace d'une ancienne boutique rue Béranger à SottevilleSur le pignon de cette même maison, une plaque indiquait le salon, ou plus probablement, il s’agissait d’une simple publicité peinte :rue Béranger à SottevilleAncienne publicité peinte rue Béranger à SottevilleUn peu plus loin, un cordonnier à l’ancienne (Mr Barray) qui avait une échoppe en contrebas dans la cour et qui était presque sourd-muet, ce qui était très impressionnant, car il parlait étrangement. Il était par ailleurs très gentil… Comme il était sourd, l’entrée d’un client dans sa boutique était signalée par une grosse lampe rouge. C’était un vrai cordonnier qui réparait les chaussures, les cartables… avec des machines qui semblaient ancestrales :

rue Béranger à SottevilleIl y a eu aussi un “Familistère” (supérette) au N°45 : Cette chaine de magasins de proximité était bien connue et très appréciée par la population au début des années 60. Nous y avions acheté nos poissons rouges… On voit encore la vitrine bouchée pour mettre la fenêtre et, à droite, la porte d’entrée de la boutique :

ancien Familistère rue Béranger à SottevilleDans cette rue, il y avait aussi une toute petite graineterie, dont je croyais à l’époque qu’elle était tenue par un certain M. Truffaut.

On peut aussi ajouter cette maison dont les murets ajoutés sous les fenêtres laissent supposer qu’il s’agissait jadis de vitrines :

Ancien magasin rue Béranger à Sotteville

► VOIR AUSSI :
Tous les articles sur la Rue Béranger et sur les autres commerces

5 commentaires

  1. Si vous continuez sur le même
    Principe dans l’angle de avenue jean Jaurès et la rue Louis ruquier il y avais un magasin électricité M Amelin ou hamelin je regardais la télé dans la vitrine en rentrant de l’école

    • Bonjour,
      D’après ce que je comprends, c’est cette boutique qui était le magasin d’électricité : https://www.google.fr/maps/@49.4108729,1.0855066,3a,75y,191.95h,89.39t/data=!3m6!1e1!3m4!1sLjUmzB92j6Cynl5VrLsLRA!2e0!7i13312!8i6656
      Mais il y a une multitude de magasins disparus (cependant très présents dans la mémoire des sottevillais). C’est pour cela qu’à l’image de cet article sur la rue Béranger, je préfèrerais que les témoignages soient couplés à plusieurs magasins d’un même quartier afin de les regrouper (à moins d’avoir une photo de l’ancien commerce en question, ce qui rend l’article plus puissant) . En effet, même si tout ce qui touche aux anciens commerces remporte beaucoup de succès, il faut aussi laisser de la place pour le reste et garder une diversité éditoriale…
      Toutes autres personnes ayant suffisamment de souvenirs (ou photo) des magasins de leur quartier (et de leur emplacement précis) sont d’ailleurs invitées à proposer leur projet…
      Merci !
      Laurent

  2. COMMENTAIRE FACEBOOK :

    Christine Varin : SOUVENIRS…
    J’ai bien connu Denise la coiffeuse. Nous avions juste à traverser la rue maman et moi pour nous faire couper les cheveux dans ce salon de coiffure pour dames. Cette charmante dame vit toujours à Sotteville. Je me souviens aussi de la cordonnerie située à quelques pas du salon. Quand j’étais petite, j’étais un peu impressionnée par ce Monsieur passionné par son métier. Sa grande surdité rendait son élocution difficile. Je ne comprenais pas toujours ce qu’il disait et cela m’embarrassait… C’était un homme d’une extrême gentillesse et qui avait toujours le sourire aux lèvres.On accédait effectivement à la boutique en traversant un long couloir sombre et exigu. Je revois ces tas de paires de chaussures réparées ou en attente d’une seconde vie…Il y avait aussi une couturière aux doigts de fée dans la rue… A la place du coiffeur en face du bar tabac place du Général de Gaulle se trouvait une épicerie (COOP je crois). Maman m’envoyait souvent faire des courses et j’aimais ça… on y achetait le lait dans les bouteilles en verre. Les gérants Mauricette et Jean- Marie étaient des amis de mes parents.

Ecrivez un commentaire ou témoignage à ce sujet :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s